Créer mon blog M'identifier

Retourner sur la première page du blog

Du nouveau !

Le 29 janvier 2018, 10:39 dans tricoter 2

Il faisait un peu frais ce week-end pour jouer les mannequins sexagénaires à la mer, mais la jolie chambre du bel hôtel Fletcher, implanté dans les dunes de Westkapelle, en Zélande, convenait parfaitement pour notre "shooting", comme toujours mon modèle préféré a fait le clown en posant.

Il voulait montrer les boutons sur l'épaule de son pull, réalisé librement d'après le Wooling 2 de Bergère de France.  Le fil est récupéré d'un pull beaucoup porté.  Comme un grand nombre de personnes, j'ai décidé de recycler.  Il y a dans mes bacs, des kms de matière réutilisable.  Je ne pense pas avoir trop gaspillé dans ma vie pourtant je me retrouve avec des armoires pleines...

Le snood et le bonnet sont aussi un exemple d'utilisation de fil qui traine depuis longtemps.  150 gr acheté en trop.  En tricot, il vaut mieux de calculer large pour ne pas avoir la mauvaise surprise de manquer de matière.  La torsade est improvisée et je m'en suis servie pour créer les diminutions du bonnet.

Mon modèle est content, il sait que ces milliers de mailles sont des marques de tendresse.  Il apprécie le temps que je passe à bricoler.  Et du temps, j'en ai depuis que l'heure de la retraite a sonné.

A tout de suite pour d'autres présentations.

Gros bisou et amitiés.

Anne.

 

Les cinq sapins de Noël.

Le 25 décembre 2017, 20:00 dans conter 2

Il était une fois, il y a peu de temps, si peu de temps que je peux vous en montrer des images, dans une ville, pas très loin d'ici, les services communaux décidèrent que le nouveau rond point créé depuis peu avait l'air bien triste pour Noël.  Il est le point de passage de nombreux habitants et ceux qui transitent fréquentent aussi cet endroit.

Qui a-t-il de plus beau qu'un sapin pour évoquer l'esprit de Noël ?  Un bel arbre, dans une cité qui regorge de centres qui forment l'élite des artisans de la forêt était la meilleure idée qui soit.

Par un beau jour de décembre, toute une armada se mit en route à la recherche d'un arbre digne d'attirer l'attention, s'il était bien choisi, il pourrait faire déplacer des foules et redonner aux commerces la gloire du passé.  L'arbre trouvé, la Police veilla à la bonne marche de son placement au sommet de la butte.  De nombreuses personnes furent choisies pour avoir l'honneur de hisser le sapin.  Mais, c'était sans compter avec la mobilité du sol, de l'argile mouvante !  La terre mal stabilisée pour protéger les véhicules, qui ne voyant pas le rond-point le traverseraient sans le contourner.  Il faut penser au confort des automobilistes en prévoyant des airbags à voitures.  On innove ou pas...

Donc la terre s'effaça sous les roues du puissant tracteur qui amenait l'arbre en creusant de profonds sillons.  Nous sommes bien au pays qui inventa une fameuse charrue, qui en fit toute sa notoriété.Arrivé à l'endroit où il devait être exposé, l'arbre se montra récalcitrant et au lieu de se dresser fièrement, il se laissa glisser.

On appela à la rescousse tous ceux qui pourraient trouver une solution pour que l'arbre reste debout, tout le monde donna son avis :

- Il faudrait louer un grue pour y pendre le sapin.

-Mais non, on peut construire un mur tout autour qui l'empêcherait de basculer.

-Moi, je pense qu'avec des aimants et un drone, ce serait plus actuel.

-Et si on le laissait couché au sol, il serait déjà prêt pour le Grand Feu du Printemps.

Que d'idées !  Que d'activité cérébrale, pour peu, on se croirait revenu au temps où on refaisait le monde accoudé au comptoir d'une brasserie.

La journée filait, l'heure du retour à la maison arrivait à grands pas, on n'allait tout de même pas faire des heures supplémentaires, ce n'était pas raisonnable et remettre au lendemain, ce n'était pas sérieux.  On risquait de le voler, ce beau sapin et ce serait dommage d'avoir fait preuve d'une si belle énergie pour creuser deux sillons.

Au bout d'un moment, la décision fût prise.  On alla chercher quatre grandes sangles oranges, vous savez, celles qui servent à remorquer, quatre piquets et à force de oh hisse, on éleva l'arbre.  Une fois de plus, l'intelligence humaine avait réussi à sublimer ce qu'un petit pignon de pin arrivait à faire avec du temps, du soleil et de la pluie.

L'arbre trônait, pas vraiment majestueux, mais il montrait qu'on avait voulu évoquer un semblant d'air de Noël.  Les piquets qui maintenaient les sangles n'avaient rien d'esthétique et on décida de les cacher avec quatre petits sapins.

Voici l'histoire des cinq sapins de Noël.  Sa morale, c'est qu'il ne faut pas nécessairement être la plus belle décoration de Noël pour faire parler de soi.  On peut tous avoir son heure de gloire, c'est le cas de ce pauvre sapin, sans guirlandes, sans illuminations, dressé parce qu'il fallait bien faire quelque chose, parce que de l'herbe disparate, ça ne donne pas envie de s'arrêter et de visiter une cité.  Pour insuffler la curiosité, il faut juste retrouver l'esprit, la générosité de Noël qui perdurent dans les familles depuis toujours et pour longtemps encore.

Amitiés.

Anne.

Éloge de l'âge

Le 22 décembre 2017, 13:43 dans lire 3

Je vous l'ai déjà dit, je choisis toujours mes livres en seconde main et à l'impulsion.  Ce sont toujours des "poches", plus légers dans le sac et plus faciles à lire au lit.  Souvent, ils n'ont jamais été ouvert et c'est toujours un plaisir de leur donner vie.

Quand j'ai vu celui-ci, sur une étagère des " Petits Riens" à Namur, j'ai senti qu'il m'attendait.  Je savais que ma vie allait prendre un tournant radical et j'étais certaine que cet écrit me nourrirait.

Éloge de l'âge, de Christian Combaz, paru en 1987, il y a 30 ans.  Depuis sa sortie, j'ai pris 30 ans aussi et je suis arrivée à l'âge de la retraite.  Un changement radical dans la vie d'une personne, une certaine reconnaissance de la société, qui verse l'argent que ton travail a généré.

Ce livre est positif, le sous-titre en est : Éloge de l'âge dans un monde jeune et bronzé.  Tout un programme.  Le monde actuel nous pousse aux performances, alors que tant de personnes vivent dans l'inactivité.  On offre aux gens l'idée que rester jeune, dans le coup est indispensable, alors que chaque moment de la vie a ses privilèges et ses plaisirs.  Je cultive mes cheveux blancs, mais aussi toutes les techniques que mes mains ont apprises au fil du temps.  C'est un fabuleux bagage, il m'empêche de faire des erreurs et me permet de m'améliorer.

Cette nouvelle ère pour moi m'a donné l'envie de changer le libellé des rubriques, j'ai décidé d'utiliser les verbes à l'infinitif, dans mon univers, ce ne sera plus : tricot, mais tricoter, lecture, mais lire.  Ce qui compte c'est l'action.  Une porte de ma vie se referme, je vais en ouvrir d'autres.  Je vais avoir le temps de réaliser ce qui me tient à coeur, j'espère pouvoir voyager, quand il n'y aura plus de chat à la maison...  Parce que chaque médaille a son revers, avoir des animaux, c'est une compagnie qui coûte de la présence.  Je reviendrai vous voir plus souvent et je vous raconterai...

Mille voeux à tous, amitiés et à bientôt.

🎅Anne🎅 

 

Voir la suite ≫